Afrostream c’est terminé

Le « Netflix afro » a annoncé sa fermeture (Crédit photo : DR)
Le « Netflix afro » a annoncé sa fermeture (Crédit photo : DR)

Après deux ans d’existence, la plateforme de VOD Afrostream a cessé ses activités. Le cofondateur Tonjé Bakang a annoncé il y a quelques jours l’arrêt de la commercialisation des abonnements. Le manque de liquidités a sonné le glas de celui qu’on surnomme le « Netflix afro ».

L’histoire avait pourtant bien débuté. Lancé initialement en France, en Belgique, au Luxembourg et en Suisse, Afrostream s’était rapidement implanté en Afrique, dans 24 pays du continent. Son offre de séries et de films américains et africains parfois inédits en Europe avait séduit des dizaines des milliers de personnes (70 000 abonnés). Fort de la participation d’Orange dans le capital et d’un partenariat avec TF1, l’avenir s’annonçait positif.

Mais l’argent restera toujours le nerf de la guerre. Malgré une croissance soutenue, Tonjé Bakang n’est pas parvenu à convaincre les investisseurs lors de sa dernière levée de fonds. Ceux-ci ne trouvaient pas le projet suffisamment rentable. Sans trésorerie il lui était impossible de soutenir le développement du service.

Dans un long post l’entrepreneur raconte son parcours et l’histoire de la société, dans le but d’aider les futurs porteurs de projets et d’expliquer sa décision auprès des abonnés. Même si la plateforme est aujourd’hui morte, il estime avoir « posé une marche » et espère que « d’autres iront plus haut, plus fort ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.