La chargée des relations presse de l’Elysée vivement critiquée à cause d’un SMS

La polémique du SMS de Sibeth Ndiaye enflamme les réseaux sociaux - (Bestimage)
La polémique du SMS de Sibeth Ndiaye enflamme les réseaux sociaux – (Bestimage)

L’accession à la présidence d’Emmanuel Macron a été une victoire pour Sibeth Ndiaye, sa chargée des relations presse pendant la campagne. Son élection la mise sous les feux des projecteurs à coups de portraits soulignant son parcours fulgurant et sa popularité soudaine sur les réseaux sociaux. Elle était d’ailleurs présente à l’Elysée lors de la passation de pouvoir entre François Hollande et son successeur.

Mais l’enthousiasme autour de sa personne a commencé à tomber suite à un article de l’Express daté du 12 juillet où elle assumait entre autre de « mentir pour protéger le président ». Cette semaine c’est le Canard enchaîné qui la prend pour cible. Le journal, habitué à dévoiler des scandales politiques, rapporte qu’elle aurait commenté à un journaliste par SMS le décès de Simone Veil par un « Yes, la meuf est dead ».

Très rapidement plusieurs personnalités politiques de l’opposition ont réclamé sa démission. Les réseaux sociaux se sont également enflammés et certains internautes en ont profité pour s’attaquer à ses origines et se lancer dans une surenchère de commentaires xénophobes.

Néanmoins, la majorité des gens choqués par cette affaire le sont parce qu’ils trouvent insultant ces propos envers Simone Veille, une personnalité qui, par son combat et son parcours avait obtenu le respect et la sympathie de la population.

En attendant, Sibet Ndiaye a assuré à LCI que le SMS était « totalement faux ». Plusieurs de ses soutiens voient dans cette polémique du racisme plus qu’autre chose. Le porte parole du gouvernement Christophe Castaner a également chanté ses louanges en affirmant que « tout le monde l’apprécie ».

Cette affaire risque d’être rapidement oubliée des internautes. A l’ère de la communication en temps réel et de l’accumulation d’information, une polémique en chasse une autre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.