La légende du rugby Bryan Habana a annoncé sa retraite

  •  
  •  
  •  
  •  

La légende du rugby Bryan Habana a annoncé sa retraite
Bryan Habana va mettre un terme à sa carrière à la fin de la saison (Crédit photo : AFP)

Après six années passées à jouer au RC Toulon, le Sud-Africain Bryan Habana a annoncé cette semaine qu’il allait mettre un terme à sa carrière à la fin de la saison. Blessé au genou gauche depuis la saison dernière, il avait subi une opération mais n’est pas arrivé à retrouver son niveau d’antan malgré ses efforts.

« Cela fait plus d’un an que je fais tout mon possible pour revenir une dernière fois sur un terrain, pour goûter à nouveau au doux parfum de la victoire ou connaître le malaise lié à la défaite (…) Malheureusement, cela n’arrivera pas. Comme beaucoup d’autres, j’aurais souhaité une fin différente pour ma carrière, mais parfois les choses ne tournent pas comme vous l’espérez. Alors à la fin de la saison, il sera temps de dire au revoir et de remercier ce jeu que j’aime tant », a-t-il écrit sur Instagram.

Une fois cette saison terminée, il prévoit de s’accorder « quelques mois de repos » sur la Côte d’Azur et « prendre du temps pour sa famille ». Pendant cette période il réfléchira s’il retourne en Afrique du Sud ou s’il reste en France, ainsi que son orientation professionnelle : coach, consultant ou autre chose.

Agé de 34 ans, Byran Habana a remporté la Coupe du monde 2007 et le Tri-nation 2009 avec l’Afrique du Sud et a été sacré champion d’Europe et de France en 2014 avec le RCT. Il est le deuxième meilleur marqueur de l’histoire du rugby mondial et est considéré comme l’un des meilleurs ailiers au monde, de par sa pointe de vitesse et sa puissance.


  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.