Les députés veulent supprimer le mot « race » de la Constitution

  • 13
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les députés veulent supprimer le mot « race » de la Constitution
La formulation « sans distinction de race » de l’article 1er de la Constitution pourrait être remplacée par « sans distinction de sexe » (Crédit photo : Eric Feferberg/AFP)

Depuis quelques années la suppression du mot « race » dans le Préambule de la Constitution est un thème récurent de la vie politique française, au motif qu’il est totalement inadéquat et qu’il renvoie à des périodes sombres de l’histoire. Le premier a avoir lancé cette idée est le le député communiste Michel Xaves en 2002. A l’époque la droite avait rejeté sa proposition pour des questions juridiques nottament. En 2012 c’était au tour de François Hollande, alors candidat à la présidence, d’en faire une promesse de campagne. Pendant son mandat un texte avait été préparé par l’Assemblée, mais rien n’avait été voté.

Cette année les choses vont peut-être changer. Lors de l’examen du projet de loi constitutionnelle qui se déroulait fin juin, les députés ont voté à l’unanimité pour le retrait du mot « race » du premier article » de la Constitution et son remplacement par le mot « sexe ». Il faudra désormais lire que la France « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de sexe ou de religion » au lieu de  » sans distinction d’origine, de race ou de religion « .

Mais la modification n’est pas encore effective. Le débat autour de la réforme de la Constitution voulue par Emmanuel Macron a commencé mardi. Il durera deux semaines. Les discussions tourneront autour de la version proposée par le gouvernement et non pas celle modifiée par une soixantaine d’amendements par les députés en commission. Tout porte à croire que le mot « race » sera effectivement supprimé de l’article premier. D’autres mesures en revanche sont plus clivantes, telles que la refonte du travail parlementaire. Enfin certaines ont déjà été rejetées, comme l’inscription du droit à la contraception et à l’IVG.

Si les politiques se félicitent de la suppression du mot « race », d’autres personnes en revanche n’y sont pas favorables. Ainsi, plusieurs militants et chercheurs craignent que cette modification diminue le combat contre le racisme.

« Le but ultime de la lutte anti racisme en France c’est de se dire que nous n’avons plus besoin de cette catégorie, mais en attendant dans les textes juridiques elle est absolument nécessaire pour avoir une politique contre les discriminations raciales en France », Emilia Roig, fondatrice du Center for Intersectional Justice.

« La race n’est pas une réalité. En revanche la race a des effets réels. Et pour pouvoir agir sur le racisme il faut absolument cet outil critique qui permette de dire et de nommer », Houria Bentouhami, Maîtresse de conférence en philosophie.

C’est l’une des raisons qui avait poussé la droite à rejeter la proposition de Michel Xaves en 2002. Elle avancait alors que « ce retrait supprimerait l’exigence de la lutte contre le racisme ».

Et vous, pensez-vous que cette modification de la Constitution changera quoique ce soit à la lutte contre les discriminations?


  • 13
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.