Quand Google confond « Black Panther » et « La Planète des singes »

  •  
  •  
  •  
  •  

« Black Panther » a été victime d’un « Google bombing » raciste (Crédit photo: Marvel studios/Walt Dinsey/AFP)
« Black Panther » a été victime d’un « Google bombing » raciste (Crédit photo: Marvel studios/Walt Dinsey/AFP)

Piratage, blague de mauvais goût ou problème d’algorithme ? Si vous avez cherché ce week-end sur Google une salle de cinéma pour voir le film Black Panther qui sort mercredi, vous avez peut-être remarqué qu’Allociné le titrait La Planète des singes suprématie. L’amalgame a surpris de nombreux internautes qui ont accusé le site d’être raciste.

La bourde ne semble toutefois pas venir d’Allociné. Le site a expliqué que « ce problème est totalement indépendant de notre volonté. Il est lié à une reprise erronée par Google des informations présentes sur les fiches films Allociné. Nous continuons de faire en sorte que Google cesse ces affichages ». De son côté, Google France a répondu que ses équipes étaient mobilisées pour le corriger.

L’amalgame est cependant trop troublant pour être une simple erreur d’algorithme. On remarque d’ailleurs que Black Panther n’est pas le seul film impacté. Ainsi, Cinquante Nuances plus claires est devenu Ca glisse au pays des merveilles.

Une explication plausible pourrait être le « Google bombing », une pratique qui consiste à tromper volontairement l’algorithme du moteur de recherche. « Si plusieurs sites associent à un texte clé la même adresse, Google fera apparaître la page en question dans les résultats d’une recherche sur le texte donné », expliquent les auteurs de l’Encyclopédie du Web.

Par le passé, plusieurs personnalités politiques ont été victimes de « Google bombing ». Pendant longtemps l’expression « miserable failure » (misérable échec) a donné en premier résultat les biographies de George W. Bush et de Barack Obama, tandis que « liar » (menteur) donnait celle de Tony Blair. En France, l’expression « trou du cul » renvoyait à Nicolas Sarkozy, « gros balourd » à Jean-Pierre Raffarin et « magouilleur impuni » à Jacques Chirac, selon Libération.


  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.