Rohff risque quatre ans de prison

Le procureur a requis quatre ans de prison contre Rohff pour l’agression de deux employés de Booba (Crédit photo : Lionel Bonaventure/AFP)
Le procureur a requis quatre ans de prison contre Rohff pour l’agression de deux employés de Booba (Crédit photo : Lionel Bonaventure/AFP)

Le clash entre Booba et Rohff a connu son paroxysme le 21 avril 2014, quand ce dernier s’était rendu dans une boutique Unküt des Halles à Paris, et avait violement agressé les employés. Accompagné d’une demi-douzaine de personnes, ils avaient roué de coups à l’estomac, au dos et au visage le jeune vendeur de la boutique, puis l’avaient abandonné inconscient sur le sol, dans un état critique. Un autre employé qui avait tenté de l’aider avait été assommé à coup de caisse enregistreuse. Le premier s’était vu accorder trente jours d’ITT et le second cinq jours.

Vendredi dernier se tenait le procès de ce passage à tabac. Confronté aux images de vidéosurveillance, Rohff n’a pu qu’admettre une partie des faits qui lui sont reprochés. Il a expliqué avoir « cédé à la colère » engendrée par les par les échanges violents qu’il entretenait avec Booba sur les réseaux sociaux. Les deux victimes qui se sont portées partie civile ont assuré avoir été frappées de façon aléatoire, parce qu’elles étaient « dans le champ de vision ».

Bien qu’il « regrette » et affirme avoir pris conscience de « la gravité des faits » Rohff a tenté de minimiser ses actes, sans convaincre les juges. Il faut dire qu’il a changé six fois de versions de l’histoire depuis 2014. Celle du procès étant qu’il s’était rendu à la boutique pour « discuter avec Booba » (qui vit à Miami !). De plus, les six condamnations inscrites dans son casier judiciaire (2004, 2006, 2007, 2015 et 2017) n’ont pas joué en sa faveur.

Au bout de quatre heures de débat où la situation du rappeur n’a fait que se dégrader, le procureur a voulu donner un jugement exemplaire. Convaincu que l’agression a été préméditée, il a dénoncé un « lynchage » sur fond de « haine » et a ajouté que les victimes sont « aujourd’hui » toujours harcelées. Il a requis quatre ans de prison.

Le jugement a été mis en délibéré au 27 octobre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.