Roulez jeunesse d’Eric Judor n’a pas attiré les foules

  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roulez jeunesse d’Eric Judor n’a pas attiré les foules
Le cinéma français a souffert cet été face à la concurrence américaine (crédit photo : Capture d’écran Roulez jeunesse)

Cet été plusieurs comédies françaises ambitieuses ont été projetées sur les écrans : Tamara 2, Bécassine, Christ(off), Roulez jeunesse, Budapest, Au Poste !, L’école est finie… Si la qualité de ces productions n’est pas à remettre en casue, le choix du calendrier est beaucoup plus discutable. Elles se sont toutes retrouvées en concurrence avec des blockbusters américains aux budgets faramineux : Ant-man et la Guêpe (162 millions d’euros de budget), Les indestructibles 2 (200 millions d’euros de budget), Mission impossible – Falout (178 millions d’euros de budget), Jurassic World : Fallen Kingdom (150 millions d’euros de budget) et Hôtel Transylvanie 3 (80 millions d’euros de budget) n’ont laissé aucune chance aux Français. Seul Neuilly sa mère, sa mère et Ma reum ont réussi à tirer leur épingle du jeu.

Ainsi, Roulez jeunesse d’Eric Judor, sorti le 25 juillet, n’a pas réussi à s’imposer. Avec 130 000 curieux selon JPs Box-Office, il fait l’un des moins bons scores français de la saison et peut être considéré comme un flop, surtout si on le compare aux 4,8 millions d’entrées des Indestructibles 2. Certes, le budget n’est pas le même, mais l’écart de fréquentation est tout aussi important. L’échec est d’autant plus lourd pour l’acteur que son précédent film Problemos (2017) avait lui aussi fait un bide.

Roulez jeunesse n’est pourtant pas un mauvais film. Il a obtenu la note de 3,7/5 sur Allocine et 6,1/10 sur IMDB. De nombreux spectateurs ont été touchés par le jeu d’Eric Judor qui s’est essayé, apparemment avec succès, à la comédie dramatique. Mais le film s’inscrit dans la tendance qui a court depuis plusieurs années. A part quelques exceptions, les productions françaises ne font plus rêver, même si elles sont portées par des acteurs de renom. Le public leur préfère les grosses productions hollywoodiennes (qui ne sont pas non plus à l’abri d’une grosse déroute). Et pour ne pas arranger les choses, la fréquentation des salles obscures au mois de juillet a chuté de 20 % par rapport à 2017 (14 millions d’entrées contre 17,8 millions), selon une étude du CNC. L’effet Coupe du monde peut-être?


  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.