Serge Bilé raconte l’histoire du samouraï noir

  • 18
  •  
  •  
  •  

Dans son nouvel essai historique, Serge Bilé raconte l’aventure d’un esclave africain devenu samouraï (Crédit photo: DR)
Dans son nouvel essai historique, Serge Bilé raconte l’aventure d’un esclave africain devenu samouraï (Crédit photo: DR)

Mi janvier l’écrivain Serge Bilé publiait Yasuke, le Samouraï noir, un romain inspiré de l’histoire vraie d’un esclave africain devenu samouraï. Cet homme originaire de la communauté Makua de l’actuel Mozambique a été capturé par des trafiquants d’esclaves au XVIe siècle, puis transporté à Goa en Inde par des négriers portugais. Devenu le serviteur d’un jésuite italien, il l’accompagna en voyage à Macao en Chine, puis sur l’ile de Kyushu au Japon. Sa taille et sa force impressionnèrent un seigneur local qui lui proposa de devenir un combattant à son service, jusqu’à l’élever au rang de samouraï, le premier de l’histoire à ne pas être japonais.

Comme dans la plupart des œuvres de Serge Bilé, l’ouvrage oscille entre recherche historique et écriture romanesque. Il s’est tourné vers les archives japonaises et portugaises pour alimenter son travail. Néanmoins, les témoignages sur la vie Yasuke sont rares. Bien qu’il soit le premier étranger à être devenu samouraï, son existence a quasiment disparu de la mémoire nationale. C’est pourquoi l‘auteur a imaginé ce qu’a pu être son parcours à partir des informations qu’il a obtenues, sans travestir l’histoire, un exercice dont il est habitué depuis une quinzaine d’année.

L’ouvrage s’intéresse également à la traite des esclaves en Afrique de l’est et en Extrême-Orient, un épisode de l’histoire souvent éclipsé par la traite transatlantique, qui aurait débuté au XIIIe siècle et même avant selon certaines sources.


  • 18
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.