Un ténor de la chanson antillaise est décédé

Le chanteur guadeloupéen Franck Valmont est décédé à l’âge de 88 ans - (Capture d'écran Youtube)
Le chanteur guadeloupéen Franck Valmont est décédé à l’âge de 88 ans – (Capture d’écran Youtube)

Le chanteur et comédien Franck Valmont est décédé la semaine dernière à Paris à l’âge de 88 ans. Originaire de Guadeloupe, il est arrivé en France en 1954. Il a d’abord professé dans la décoration d’intérieur avant de s’essayer à l’art pictural, tout en se cultivant en autodidacte. Son objectif est d’écrire et interpréter des chansons mais sans avoir l’étiquette d’Antillais de service collée sur le front.

Il commence à chanter en 1959 dans un petit cabaret à la mode de Paris et enregistre rapidement son premier disque, Si si, disait l’oiseau, qui fera figure de tube en Guadeloupe. Sa voix grave plait aux auditeurs. Au début des années 70 il rencontre le futur réalisateur martiniquais-guadeloupéen Gaby Glissant qui lui propose de jouer dans un court métrage de fiction traitant des désillusions d’un antillais émigré en France. Il joue également dans quelques pièces de théâtre et sort un deuxième album en 1974 aux sonorités éclectiques mais fortement ancrées dans la sphère afrocaribéenne (Franck Valmont with Synchro Rythmic Eclectic Language).

Aujourd’hui Franck Valmont est considéré comme l’un des ténors de la chanson de variété. Avec ses deux opus il a collectionné les tubes, tels que Mimile, Mwen sé la biguine ou encore Chaque matin c’est plus beau qu’hier.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.